Return to site

La minute DD #3 “Cash investigation” : Plastique, la grande intox

D’ici 2050 il y aura plus de plastique dans les océans que de poissons. Ce chiffre édifiant a poussé Sandrine Rigaud et l’équipe de Cash Investigation à réaliser un documentaire alarmant sur l’industrie du plastique. Plastique, la grande intox est le résultat d’une enquête d’un an mené aux quatre coins du monde (France, États-Unis, Tanzanie…). Avec près de 3 millions de téléspectateurs, ce programme dépeint sans détour la stratégie des grands groupes comme la Coca Cola company.

« Cash Investigation » dénonce le rôle de nombreuses associations comme « Gestes Propres ». Cette ONG, fondée en 1971, milite “pour la prévention des déchets sauvages et marins” et clame qu’il est “urgent d’agir collectivement partout et tout le temps pour stopper les déchets sauvages et leur parcours jusqu’aux rives et océans”. Paradoxalement elle est financée par des entreprises comme Haribo, Nestlé, Danone, Coca Cola ou Cristalline. Vous l’aurez compris, ces firmes manipulent l’opinion publique en jouant sur la culpabilisation du consommateur.

Le lobbying est également au cœur de ce reportage. L’équipe d’Elise Lucet a trouvé un document interne de Coca Cola, montrant les sujets sur lesquels ses lobbyistes à Bruxelles doivent particulièrement lutter. Parmi eux, le rejet des bouteilles consignées. Michael Goltzman, vice-président de The Coca-Cola Company, a vivement démenti en expliquant que ceci était l’ancienne politique de Coca (NB : le document date de 2016…). Michael Goltzman a vanté la nouvelle politique de valorisation des consignes. Cash Investigation a voulu vérifier ces propos et s’est rendu en Tanzanie où Coca a supprimé ces dernières semaines les bouteilles en verre…

Des multinationales ont pris l’engagement d’incorporer davantage de plastique recyclé dans la fabrication de leurs contenants. Contrairement à la pensée commune, cette initiative n’est pas sans risque et n’est pas la panacée du danger occasionné par le plastique. Cash Investigation révèle comment certains plastiques certifiés recyclés sont contaminés par des substances dangereuses pour notre santé comme le Brome. Le Brome est une substance classée comme polluant organique persistant (POP), utilisée comme retardateur de flamme et qui peut provoquer entre autres des dysfonctionnements du système nerveux. Le Brome est censé être ôté des matériaux recyclables mais les usines en laissent passer des quantités inimaginables. Ce manquement est extrêmement dangereux car ces molécules se retrouvent par exemple dans les jouets pour enfants.

Le temps de lire cet article (environ 63 secondes) : 630 tonnes de plastique ont été produites et 24 tonnes ont fini dans les océans

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly