Return to site

Hopaal, la marque de vêtements responsable

Avez-vous déjà entendu parler de “l’or blanc” ?
 
Il s’agit du coton, dont la culture est extrêmement énergivore et polluante. Non seulement exige-t-elle des quantités astronomiques d’eau, de pesticides et d’OGM, mais le transport du coton depuis les principaux pays producteurs (Pakistan, Burkina Faso, Australie) représente également une importante consommation de pétrole !
 
Alors comment rendre votre jean plus écolo ?
 
Deux anciens étudiants de Toulouse Business School ont créé Hopaal, une marque de vêtements recyclés. Ils sont composés à 60% de chutes de coton bio, et 40% de polyester issu de bouteilles en plastique. Le fil, ainsi valorisé, est 80% moins impactant. En effet, s’il faut 2700 litres d’eau pour fabriquer un t-shirt en coton classique, Hopaal n’en utilise que 50.
 
Hopaal se tourne maintenant vers d’autres marchés: celui des doudounes écolos, populaires en Allemagne, ou celui des maillots de bain créés grâce à des filets de pêche, un savoir-faire venant d’Italie.
Quand une plante mal-aimée devient un textile révolutionnaire
 
L’ortie est par excellence la plante mal-aimée: elle provoque des démangeaisons, n’est pas très esthétique... Bref, elle n’est rien d’autre qu’une mauvaise herbe, à première vue !
 
Pourtant, saviez vous qu’elle peut être transformée en une fibre très résistante ? L’ortie pousse partout et nécessite peu d’eau et de pesticides. Pierre Schmitt, qui tente de remettre cette fibre à la mode, espère recréer des métiers en France, notamment pour transformer la matière première. « En Normandie, ils ont un savoir-faire pour transformer le lin. On pourrait s'appuyer sur eux », explique-t-il.
 
Alors, qu’attendez-vous pour vous mettre à la mode responsable ?
 
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly